Notre temps et le temps de Dieu


La Déclaration conciliaire Nostra Aetate fête ses 50 ans, et, avec elle, le Conseil Pontifical pour le Dialogue interreligieux, alors dénommé Secrétariat pour les non chrétiens, qui a été voulu par Paul VI parallèlement au Concile Vatican II. A travers l’institution d’un nouvel organe chargé des rapports avec les autres religions, ne s’agissait-il pas peut-être de donner une réponse concrète à la complexité du travail d’élaboration de la Déclaration qui avait suscité beaucoup de questions internes et demandé plusieurs compromis ?

Dans l’expression « non chrétiens » réside, à mon sens, un problème de fond qui ressort du texte conciliaire. Après plusieurs années de relations intenses avec le Vatican, nous avons réussi à obtenir au moins que soit modifié le nom du Secrétariat. La centralité du Christianisme, qui est réaffirmée chaque fois que le texte de Nostra Aetate mentionne une autre religion, l’hindouisme, le bouddhisme, le judaïsme et l’islam, risque de faire la part belle à ces tendances exclusivistes que les pères conciliaires entendaient justement réfuter à travers cette Déclaration. [...]

Le directeur de l’IHEI donne une conférence à l’occasion des prestigieuses Dourous Hassania, au palais royal de Rabat


Abd al-Haqq Ismaïl Guiderdoni lors des Dourous Hassania, le 22 juin 2015
Abd al-Haqq Ismaïl Guiderdoni lors des Dourous Hassania, le 22 juin 2015

Le directeur de l’IHEI, Abd-al-Haqq Guiderdoni, a eu l’honneur de présenter ce 5 Ramadan 1436, correspondant au 22 juin 2015, une conférence ou dars devant Sa Majesté le Roi Mohammed VI, au palais royal de Rabat (Maroc), dans le cadre des prestigieuses Dourous Hassania. Cette série de causeries religieuses, organisées par le Royaume du Maroc depuis plusieurs décennies, réunit de nombreux responsables religieux et intellectuels musulmans du monde entier pendant le mois de Ramadan. [...]

Marche en hommage aux victimes des attentats


Plusieurs membres de l’IHEI ont participé aux manifestations qui se sont déroulées sur tout le territoire, dimanche 11 janvier, pour rendre hommage aux victimes des attentats perpétrés la semaine dernière : à Lyon, le directeur de l’IHEI, Abd al-Haqq Guiderdoni et Abd al-Qouddous Jibril Gouraud se sont joints à la délégation de la Grande Mosquée de Lyon ; à Paris, Abd al-Wadoud Gouraud a accompagné la délégation d’imams et rabbins en provenance de plusieurs pays; à Embrun, Abd ar-Rashid Bossa était aux côtés du père Félix Caillet et du député Joël Giraud.

A travers cette présence, l’IHEI a souhaité exprimer sa solidarité avec les familles des victimes, et dénoncer le terrorisme qui profane la valeur sacrée de la vie en trahissant le message de paix et de miséricorde qui est celui de l’islam, tel qu’il a été enseigné par le Prophète Muhammad et par tous les prophètes.

Communiqué de presse suite à l’attentat contre Charlie Hebdo


Les membres de l’Institut des Hautes Études Islamiques, citoyens français de confession musulmane, expriment leur effroi et leur indignation devant l’abominable attentat qui a frappé les journalistes de Charlie Hebdo, et fait de nombreux morts et blessés. Ils expriment leur compassion envers ces victimes, et adressent leurs condoléances les plus sincères aux familles ainsi frappées. Ils condamnent totalement et sans équivoque cette violence barbare dont l’horreur touche chacun de nous au plus profond de son humanité.

Alors que tout laisse penser, hélas, que les responsables de ces assassinats prétendent agir au nom de l’islam, les membres de l’IHEI veulent réaffirmer qu’aucun crime ne peut légitimement se revendiquer de la foi dans le Dieu unique. Ce sont l’intolérance, l’ignorance et la violence qui instrumentalisent l’islam, comme d’autres religions, à des fins de vengeance personnelle contre la société, ou de combat temporel entre des identités fantasmées, l’une et l’autre bien éloignés de la foi. Pour autant, les musulmans de France et d’Europe doivent s’efforcer de comprendre comment une telle instrumentalisation est devenue possible, en démonter les mécanismes, et faire tout pour promouvoir la compréhension de l’islam comme religion de connaissance et d’amour.

Enfin les membres de l’IHEI s’inquiètent du climat actuel où la violence commise au nom de l’islam permet de justifier tous les amalgames. Ils appellent leurs concitoyens à sortir du cercle vicieux où la peur des uns se nourrit de la peur des autres. Les membres de l’IHEI veulent redire ici leur participation à la solidarité nationale, dans cette période de deuil. Ils continueront sans relâche, comme ils l’ont fait depuis des années, à tisser les liens entre les personnes et les cultures qui nous permettront de vivre tous ensemble, malgré nos différences, de façon pacifique et constructive, et dans le respect des lois de la République.