L’I.H.E.I. ACTEUR PARTENARIAL DE LA CULTURE ET DE L’INTERCULTURALITE

Des colloques et universités d’été ont connu un grand succès avec notamment des évènements interculturels d’importance, organisés en collaboration avec l’ISESCO (Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture) et la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh pour le dialogue des cultures (créée en 2005 par les Etats membres du Partenariat euro-méditerranéen), ou encore les grandes mosquées indépendantes, mais aussi avec des musées, des collectivités territoriales ou des Ministères.

L’Institut du Monde Arabe
En 2011, à l’occasion du neuf-centième anniversaire de la mort de l’imam al-Ghazâlî, l’I.H.E.I. a organisé, en collaboration avec l’ISESCO, un cycle de conférences qui s’est déroulé à la Grande Mosquée de Paris et à la Grande Mosquée de Lyon, et s’est conclu par un colloque qui s’est tenu à l’Institut du Monde Arabe, en partenariat avec l’Université de Strasbourg. Ce colloque, introduit par une allocution de Bariza Khiari, Vice-présidente du Sénat, a connu un franc succès.


L’Institut des Cultures d’Islam
L’I.H.E.I. est partenaire de l’Institut des Cultures d’Islam, établissement public de la Ville de Paris, avec qui il a organisé plusieurs conférences débats. Par ailleurs, l’I.H.E.I. collabore régulièrement avec la Grande Mosquée de Paris pour des conférences et des enseignements.


Les colloques et conférences
L’I.H.E.I. a organisé avec succès, depuis 1994, une trentaine de colloques et séminaires.

Un colloque organisé notamment à l’Assemblée Nationale en 2013, soutenu par plusieurs parlementaires dont Bariza Khiari, alors Vice-présidente du Sénat, sur le thème « Ethique, Gouvernance et Interculturalité ». Ce colloque a réuni, en outre des personnalités politiques, des responsables économiques et syndicaux, ainsi que des journalistes, des universitaires et des religieux pour traiter de l’éthique et de l’interculturalité dans la société française et en relation avec le monde euro-méditerranéen.

Cette journée a démontré qu’il est possible en France, pour les croyants ou les non croyants, de travailler sereinement au bien commun dans le cadre des institutions de la République. Les travaux de cette journée se sont achevés sur cette conclusion : « Les religions et la société ne peuvent et ne doivent pas devenir otages des visions limitées et des fermetures intellectuelles qui sont véhiculées par l’exclusivisme et l’intégrisme qu’ils soient laïques ou religieux. Il est nécessaire d’avoir le courage de dépasser cette sorte de relativisme abstrait qui empêche d’identifier les dérives sectaires, lesquelles risquent autrement de miner de l’intérieur l’intégrité des communautés religieuses, tout en préservant le pluralisme interne des différentes religions qui existe de fait et qui doit évidemment être respecté.  »


Les universités d’été
L’I.H.E.I. a tenu chaque année, à partir de 1997, des Universités d’été dans les Hautes-Alpes, qui ont chaque fois attiré des publics diversifiés et nombreux venus de toute la France mais aussi d’autres pays européens, ont permis à l’Institut de participer à une dynamique locale et partagée, grâce aux excellentes relations établies avec les acteurs locaux majeurs de ce département, que ce soit les représentants des institutions religieuses (évêché, monastères, mosquée et communauté israélite), les acteurs du patrimoine culturel et artistique, mais aussi les maires et autres élus des collectivités locales. Ces derniers contribuèrent régulièrement, d’ailleurs, aux séquences de réflexion, par des interventions constructives.

En particulier, un partenariat avec le Musée de Gap et Monum (Ministère de la Culture) a permis de proposer, à l’occasion de l’année de l’Algérie, en 2003, une série d’événements autour de la figure de l’Emir Abd el-Kader: exposition, conférences, etc. Cette coopération s’est poursuivie, deux années de suite, en 2004 et 2005, à travers l’organisation d’un important événement culturel, « Du spirituel dans l’art », dans la citadelle de Mont-Dauphin, classée au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, puis au Musée de Gap, avec des expositions de calligraphies islamiques, d’icônes orthodoxes et d’œuvres d’artistes en recherche. Ce dernier évènement, organisé autour d’un colloque central sur deux journées, d’une dizaine de conférences réparties sur six mois, et d’une exposition d’une trentaine d’œuvres, attira, sur une seule année, plus de 16 000 visiteurs et participants.


Les Cahiers de l’IHEI
A compter de l’année 1995, l’I.H.E.I. a édité une revue trimestrielle, Les Cahiers de l’Institut des Hautes Etudes Islamiques, permettant la publication de ses travaux et des actes des colloques qu’il organisait, à commencer par le colloque de 1995 à La Sorbonne sur « L’identité du Dieu unique du christianisme et de l’islam », dont les actes composent le premier numéro.
Les articles publiés dans ces Cahiers portent sur plusieurs champs :

  • les principes doctrinaux de la tradition islamique et ses applications (unicité et universalité de l’islam ; les Noms divins dans la spiritualité et la doctrine islamique ; le sens du pèlerinage et du jihad ; les principes fondateurs de l’éthique en islam ; le Bien commun dans la tradition islamique ; l’enseignement dans les mosquées)
  • l’unité des religions et des traditions spirituelles (métaphysique et symbolisme ; l’identité du Dieu unique dans le christianisme et l’islam ; l’universalité des symboles de l’art religieux ; Jérusalem dans les trois traditions ; Jésus et Marie dans l’islam ; la création et le rapport à la nature ; la calligraphie coranique)
  • les rapports de l’islam et des autres religions aux sociétés occidentales et laïques (l’identité européenne islamique ; la consultation des musulmans de France ; nécessité du culte et organisation actuelle de l’Islam ; vie spirituelle et laïcité ; les besoins rituels dans l’espace laïque ; le dialogue religieux ; les religions et l’Etat dans les pays européens ; les droits de l’homme ; Orient et Occident ; l’apport de la tradition islamique à l’Europe).


La diversité des thématiques abordées a d’ailleurs permis de publier, outre les travaux des membres de l’Institut eux-mêmes, de nombreuses contributions écrites par des universitaires, des responsables de l’Etat ou de collectivités territoriales, et des représentants d’autres religions.

Les membres de l’Institut ont participé par ailleurs à la ligne éditoriale et à la production d’articles dans une revue trilingue (français, italien, anglais), Le Message-Il Messagio, publié conjointement par l’I.H.E.I. et le Centre d’Etudes Métaphysiques de Milan.