Dialogue interreligieux et Fraternité Humaine


Rencontre du Pape François et du Shaykh Ahmed al-Tayyeb, Grand imam de l'Université Al-Azhar, lors de la conférence sur la Fraternité Humaine, lundi 4 février 2019, à Abu Dhabi, capitale de Émirats Arabes Unis. Le Président de l’IHEI, membre du Conseil Européen des Sages Musulmans, EuLeMa, a participé à la rédaction de ce document intitulé Document pour la Paix Mondiale et la Coexistence commune.

 

Cette rencontre n'est pas sans rappeler celle, historique, qui eu lieu, il y a 800 ans, à Damiette en Égypte, entre Saint François et le Sultan Malik al-Kamil. A cette occasion, et dans la continuité de ses activités depuis sa création, l’IHEI organisera plusieurs rencontres, à Rennes, à Paris ou encore à Marseille, en réunissant représentants chrétiens et musulmans, mais aussi ceux des institutions publiques, de même que des universitaires.

Colloque à l'Assemblée Nationale - 30 novembre 2016 : 9h - 13h

Environnement et développement durable dans le monde euro-méditerranéen : approches interculturelles


Dans le cadre de la préparation des sessions de la Conférence des Parties des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21 de Paris en 2015, COP22 de Marrakech en 2016), de nombreuses voix se sont fait entendre pour défendre les politiques de protection de l’environnement en les enracinant dans des contextes marqués par des valeurs, des histoires, et des cultures variées. C’est ainsi que l’on a pu récemment lire les plaidoyers environnementaux de l’encyclique papale « Laudato Sì », ou de la

« Déclaration islamique sur le changement climatique global ». Deux tables rondes permettront d’identifier les aspects culturels de la protection de l’environnement autour du bassin euro-méditerranéen, et de proposer des pistes pour faciliter les politiques publiques favorables à l’environnement dans des contextes culturels différents.

 

Publication des actes du Colloque : février 2017

Pour les commander, écrire à : info@ihei-asso.org

Allah, le Nom de Dieu en islam


Un livre sur l’Islam différent des autres, où théologie et métaphysique se fondent dans le témoignage vécu de plus de 50 ans de dialogue interreligieux. Une réflexion qui ne suit pas le « politiquement correct » où chacun se limite à parler de sa propre doctrine, mais qui embrasse aussi, avec courage, celle des autres confessions. L’intention de ce livre est de fournir à nos contemporains une clé qui puisse, dans le respect de l’orthodoxie islamique et loin des intellectualismes pérennialistes, aider à respecter les formes du sacré et reconnaître l’Esprit qui est au-delà de celles-ci. Les temps indiquent que la décadence des formes religieuses conduit aux littéralismes et aux fondamentalismes qui ne sauraient être endigués par le relativisme de ceux qui voudraient se passer de toutes les religions ou défendre uniquement la leur. Pour les hommes et les femmes de foi, la réaction spirituelle consiste à trouver l’origine essentielle qui unit tous les êtres, croyants ou non, dans la Présence divine, en apprenant à vivre dans le monde.

 

Commande

Dimanche 12 novembre 2017, Dieu a rappelé à Lui le Shaykh Abd al-Wahid Pallavicini


Nous saluons le Shaykh Abd al-Wahid Pallavicini qui a quitté ce monde, dimanche 12 novembre, à l’âge de 91 ans. La mosquée al-Wahid de Milan, située via Giuseppe Meda 9, sera ouverte au public vendredi 17 novembre à partir de 12h, et honorera la prière sur le défunt après la prière rituelle communautaire à 13h30. Sermon prononcé à l'occasion de la disparition du Shaykh Abd al-Wahid Pallavicini.

 

 

Pionnier musulman du dialogue interreligieux et témoin d’exception du XXème siècle, le Shaykh Abd al-Wahid Pallavicini a parcouru le monde de l’Occident à l’Orient. Sa conversion à l’islam dans les mains de Titus Ibrahim Burckhardt eut lieu le 7 janvier 1951, tandis que s’éteignait au Caire le métaphysicien René Guénon. Dans les années 1980, le Shaykh Abd al-Wahid fonda en Italie et en France une communauté de musulmans rattachée au soufisme traditionnel. Ses témoignages pour un œcuménisme « au sommet » font écho aux enseignements des maîtres spirituels musulmans qui renouvellent dans l’humanité le souvenir de Dieu.

 

Le Shaykh Abd-al-Wahid a favorisé la constitution de points de référence du culte et de la culture islamiques : en France, l’Institut des Hautes Etudes Islamiques, en Italie, la COREIS - Communauté Religieuse Islamique Italienne, et l’Interreligious Studies Academy (Accademia ISA).

 

Grâce à l’orientation donnée par le Shaykh Abd-al-Wahid, il est peut-être possible aujourd’hui, pour les institutions françaises et les représentants des autres religions, de reconnaître un islam pleinement français, œcuménique et spirituel, préservé de toute contrefaçon et de toute instrumentalisation. Ces paroles du Shaykh Abd al-Wahid expriment parfaitement le sens et la valeur d’une telle reconnaissance : « nous demandons à nos disciples de s’en tenir fermement aux principes de la foi, sans s’abaisser à des compromis avec les tentations croissantes de ce monde. Aux autorités spirituelles, nous demandons de garder la foi dans cet esprit de fraternité que nous avons partagé durant plus de quarante ans de dialogue, en portant une attention particulière à la finesse intellectuelle, toujours plus nécessaire, et au discernement dans la lecture des signes des temps ; aux autorités civiles, nous demandons de soutenir, dans les faits, une réalité spirituelle unique en son genre, et dont peuvent dépendre des équilibres particulièrement délicats dans les relations entre Orient et Occident, équilibres qui pourraient s’avérer de plus en plus importants au cours des prochaines années. » (extrait de Allah, le Nom de Dieu en l’Islam, Éditions Albouraq, 2017 p. 23)

 

Jusqu’à son dernier souffle, le Shaykh Abd-al-Wahid n’a cessé d’appeler ses disciples à la sincérité de la vocation contemplative, vivifiée par une présence active en ce monde. L’héritage spirituel du Shaykh Abd al-Wahid continue, sous la conduite de son fils Yahya Pallavicini, dans la communauté bénie d’hommes, de femmes et d’enfants que Dieu a voulu réunir. Nous remercions ceux, musulmans, fidèles des autres religions et non croyants, qui ont voulu exprimer, durant toutes ces années, leur amitié. A tous, nous demandons une prière pour l’homme, et le maître, en se souvenant de la détermination qui était la sienne dans la recherche de la Vérité.

 

« A Dieu nous appartenons et à Lui nous faisons retour. » (Coran II, 156)